Roue libre dans la ville

0 out of 5

13,00 

Traverser la ville sur son vélo, chaque jour, pour aller au travail. De cette banale exprérience, Pierre Tanguy tire une chronique poétique ponctuée de rencontres et marquée par le passage des saisons.

Un marron qui roule sur le bitume, des pois de senteur qui débordent d’un mur, le soleil couchant de juin qui illumine les immeubles : tout est prétexte, pour l’auteur, à s’émerveiller et aussi à jeter un regard amusé sur lui-même et les autres.

Ces instants chapardés dans l’ordinaire des jours, entre logis et bureau, sont de vrais moments de respiration et de souffle retrouvé. La piste cyclable devient ainsi, par la grâce de l’écriture, un véritable espace de méditation.


Format : 12×17
Nombre de pages : 96 pages
ISBN : 978-2-84418-059-9

 

Année de parution : 2010

Auteur : Tanguy Pierre Catégorie :

Description

Eprouver son corps,

le vider de tout ce qui encombre.

Sentir ses muscles, son souffle,

son cœur qui bat au sommet de la côte.

Haut Sancé, ma butte.

Mon col sur la piste.

Fracas de la grêle sur la tôle du hall à vélo.

Quel bonheur ! Je suis passé entre deux grains.

Derrière la vitre du bureau, je savoure mon plaisir.

 

Levant le nez tout en roulant,

je découvre les bourgeons chiffonnés.

Embryons de feuilles dans les marronniers,

doigts tendus vers les nuages.

Accouchements sous ciel bas.

 

Surplombant les jardins familiaux,

je domine les fleurs des poiriers.

Sur les levées de terre,

passent des ombres lestées de vieux outils.

L’eau frémit sous le pont.

Villebois Mareuil, le joli nom.

Un vent clairet agite les branches du saule.

 

Camouflées dans les herbes,

les renoncules montent à l’assaut

des troncs de marronniers.

Passant et repassant,

je mesure leur croissance discrète.

La fauche est pour bientôt.

Effluves du matin.

Lilas ou clématites ?

Je longe la Maison des pâquerettes

et celle des violettes.

Des camélias prolongent la saison

dans des jardins de curé.

C’est charmant !

 

Les fleurs du marronnier tapissent,

roses et blanches, ma piste verte.

La pluie en fait une bouillie fine

qu’on parcourt avec d’infinies précautions…

Informations complémentaires

Poids 101 g