Les heures lentes

0 out of 5

13,00 

Un livre de Pierre Tanguy est toujours une étape d’un parcours humain qui est aussi un parcours d’initiation à la vie. Et cette étape est incontournable. Voilà un homme qui écoute, dans sa douleur, malgré les larmes ; un homme qui se penche vers un front, le front et la joue de l’enfance et recueille une perle de silence survenant sur les lèvres sèches d’une mère, de sa mère portant encore l’ombre « d’années de plomb », même des « chagrins retenus » et surtout « des trésors encore inconnus ». En fait, tout ce que comporte une vie donnée, une vie offerte, une vie ordinaire, « la vie simple et noble ». Jean-Pierre Boulic
Consacré à la fin de vie de sa mère, le nouveau recueil de Pierre Tanguy vient après celui qu’il a consacré à son père (Que la terre te soit légère, La Part Commune, 2008).

 


Format : 12×17
Nombre de pages : 96 pages
ISBN : 978-2-84418-257-9

Année de parution : 2012

Auteur : Tanguy Pierre Catégorie :

Description

De ma mère en fin de vie,

je me suis approché

comme on le ferait d’une source.

Parce que tout vient de la source

qui irrigue et apaise la soif.

Parce que de la source

découle l’enfance.

Et que l’on redevient

devant cette mère,

quittant ce monde,

l’enfant qu’on a été.

 

 

L’hôpital

Et maintenant

ma vie fond et coule sur moi,

des jours blessants m’assaillent.

Job, 30, 16

D’abord ces veines bleues

coulant sous la peau diaphane,

la trace encore visible

des lessives épinglées

dans le froid du matin.

 

 

Je me penche vers ta joue,

tu t’agrippes à mon cou.

 

Tu me retiens de force,

criant ton désarroi.

 

 

Il y a ce midi

du cervelas

dans ton plateau repas.

Tu fais la moue

mais garde le melon.

 

 

Ces souffrances

que tu ne veux plus endurer.

Je te rassure comme un enfant.

– C’est fini.

Ils ne recommenceront pas.

 

 

 

Un passé simple

revient à la surface.

Ton chemin d’écolière,

main dans la main avec un cousin.

Mais ton père et ta mère

absents à ton retour.

– Si tu savais, ce que j’ai souffert.

 

 

Le grand dortoir plus tard,

loin de la maison.

Ses lits alignés,

son lavabo aux eaux glacées.

Des religieuses sombres

arpentent ce monde clos,

un torchon à la main.

Informations complémentaires

Poids 101 g