Le Marquis rouge suivi de Le Drap noir

0 out of 5

6,50 

C’est une immersion au cœur de la Bretagne à laquelle nous convie Charles Le Goffic dans ces deux nouvelles, au gré d’une tension narrative
n’épargnant ni la sauvagerie des comportements humains, ni celle des éléments déchaînés, où l’atroce côtoie le sublime, où la solitude et l’attente peuvent conduire à de profonds égarements marqués du sceau de l’angoisse.

Format : 10,5 x 17
Nombre de pages :  63 pages
ISBN : 978-2-84418-431-3

Année de parution : 2022

 

Auteur : Le Goffic Charles Catégories : ,

Description

Extrait 1

« Ah ! le gaillard promettait ! Et le pis est qu’il tint toutes ses promesses. On parle encore, aux veillées, du terrible Markiz-Rû, et j’en sais qui se signent quand on prononce son nom. Filles violentées, nonnes enlevées de leur couvent, rivaux expédiés à coups de dague ou de penn-baz, il n’y a point de méfait qu’on ne lui impute. Sa dureté envers ses gens était incroyable ; il ne leur passait pas la plus petite faute. Pour un oui ou pour un non, il les rossait jusqu’au sang : il avait toujours à la main un petit fouet de chasse à triple lanière, chaque lanière terminée par une balle de plomb, dont il donnait à travers la figure du premier qui lui déplaisait. » (Le Marquis rouge)

(La tension narrative du récit est savamment conduite. L’atroce côtoie le sublime dans cette histoire de vengeance fatale parsemée de scènes de violence à l’âpre et brutale énergie. La nature bretonne sert de cadre au récit.)

Extrait 2

« les deux hommes étaient condamnés à ne rien savoir »
« Juste à ce moment, l’un des panneaux céda, vola en morceaux et, par l’ouverture, un grand corps blanc passa, vint s’abattre aux pieds de Labat, remua un moment, puis allongea dans une flaque rouge la ligne serpentine de son cou. » (« Le Drap noir »)

(La construction narrative maintient le lecteur dans l’attente et le questionnement. La force de la nature et l’atmosphère maritime servent de cadre à ce récit du doute et de l’attente mêlant deux hommes isolés du monde terrestre, sans autre spectacle que celui des éléments déchainés, et en proie à leur imagination autant qu’à leurs pires craintes.)

Informations complémentaires

Poids 90 g