Correspondance

0 out of 5

16,00 

Les Lettres de Maupassant à Zola, c’est toute l’aventure des soirées de Médan, la vision du naturalisme par Maupassant et Zola, les débuts de Maupassant, Boule de suif … accompagnées de deux discours prononcé par Zola sur Maupassant.
Ces correspondances sont inédites et s’inscrivent dans la ligne des correspondances déjà parues aux Editions La Part Commune, notamment entre Gustave Flaubert et Guy de Maupassant.
Sur le même thème est également paru un ouvrage de Guy de Maupassant sur Gustave Flaubert.
Et les correspondances entre Zola et Flaubert (inédites) sont en projet pour l’année prochaine …

 

Format : 12 x 17
Nombre de pages : 200 pages
ISBN : 978-2-84418-272-2

 

Année de parution : 2013

Auteur : Maupassant Guy Catégorie :

Description

I

  Ce mercredi [avril 1875].

Cher Monsieur,

J’ai eu hier, à mon retour de Normandie, une très agréable surprise en trouvant chez moi La Faute de l’Abbé Mouret que vous avez eu l’extrême amabilité de m’envoyer.

Les quelques mots écrits sur la première page m’ont fait le plus vif plaisir.

Je viens de terminer la lecture de ce livre, et, si mon opinion peut avoir quelque prix pour vous, je vous dirai que je l’ai trouvé fort beau et d’une puissance extraordinaire, je suis absolument enthousiasmé, peu de lectures m’ont causé une aussi forte impression. J’ai vu, du reste, avec un vrai bonheur, que les journaux, qui jusque-là vous avaient été hostiles, ont enfin été obligés de se rendre et d’admirer.

Quant à ce qui m’est personnel : j’ai éprouvé d’un bout à l’autre de ce livre une singulière sensation ; en même temps que je voyais ce que vous décrivez, je le respirais ; il se dégage de chaque page comme une odeur forte et continue ; vous nous faites tellement sentir la terre, les arbres, les fermentations et les germes, vous nous plongez dans un tel débordement de reproduction que cela finit par monter à la tête, et j’avoue qu’en terminant, après avoir aspiré coup sur coup et “les arômes puissants de dormeuse en sueur… de cette campagne de passion séchée, pâmée au soleil dans un vautrement de femme ardente et stérile” et l’Ève du Paradou qui était “comme un grand bouquet d’une odeur forte” et les senteurs du parc “Solitude nuptiale toute peuplée d’êtres embrassés” et jusqu’au Magnifique frère Archangias “puant lui-même l’odeur d’un bouc qui ne serait jamais satisfait”, je me suis aperçu que votre livre m’avait absolument grisé et, de plus, fortement excité !

J’espère, cher Monsieur, que j’aurai le plaisir de vous voir dimanche chez Gustave Flaubert et que je pourrai vous dire tout le plaisir que vous m’avez fait.

Recevez en attendant tous mes remerciements, et veuillez croire à mes sentiments les plus dévoués.

GUY DE MAUPASSANT

 

II

MINISTÈRE DE LA MARINE

ET DES COLONIES

 Paris, ce 3 octobre 1876.

 

Cher Monsieur,

Une réapparition d’herpès (absolument étrangère à ma maladie de cœur) ! m’a décidé à voir Love plus tôt que je n’avais l’intention de le faire. J’irai donc chez lui 9, rue d’Aumale, jeudi prochain à midi ½ pour passer le ter. Pouvez-vous y venir ce jour-là. Si oui, ne me répondez pas ; sinon, indiquez-moi le jour qui vous conviendrait.

Croyez, je vous prie, cher Monsieur, à mes sentiments bien affectueux et dévoués.

GUY DE MAUPASSANT

17, rue Clauzel

 

III

 

Paris, ce 15 mai 1877.

Cher Maître,

Nous avons essayé hier soir toutes les combinaisons imaginables pour jouer notre pièce un autre jour que jeudi et réellement cela nous est absolument impossible. Nous espérons encore que vous serez libre ce soir-là. Comme vous ne restez pas chez vous le jeudi lorsque vous avez une première, ne pouvez-vous assimiler la “Feuille de Rose” à une première ordinaire ? Songez que c’est uniquement pour vous, Daudet et Ed. de Goncourt que nous avons organisé cette reprise, et que nous serions tous désolés si vous n’y assistiez point. Nous avons pressé nos répétitions et tout quitté pour arriver à être prêts avant votre départ, vous ne voudrez point nous laisser jouer sans nous applaudir.

Croyez, cher Maître, à mon dévouement le plus absolu.

 

GUY DE MAUPASSANT

17, rue Clauzel

IV

 

 17, rue Clauzel. [Mai 1877].

 

Merci, cher Maître. Nous vous sommes on ne peut plus reconnaissants.

La représentation est annoncée pour 9 heures. Mais comme il y a toujours des gens en retard, nous ne commencerons qu’à 9 heures ¾. II vous suffira d’arriver juste à cette heure, mais pas plus tard.

Merci.

Informations complémentaires

Poids 101 g