Le Miracle

0 out of 5

6,50 

Rudyard Kipling (1865-1936) est l’auteur d’une œuvre importante dont l’action se déroule, bien souvent, au cœur de l’Inde, pays où il est né et qu’il connaît avec précision. Le Miracle est l’histoire d’un brahmane devenu premier ministre qui renonce à la gloire et aux honneurs pour se consacrer à la méditation contemplative, en harmonie avec la nature et les animaux. C’est l’histoire d’une lente construction spirituelle pour un aboutissement miraculeux.
Dans Mon histoire vraie de revenant et Le Rickshaw fantôme, Kipling conduit le récit de telle sorte que le lecteur peut perdre pied entre réalité et mystère. Tout le talent de conteur de Kipling tient aussi dans la forme brève de la nouvelle.

Format : 10,5 x 17
Nombre de pages :  127 pages
ISBN : 978-2-84418-428-3

Année de parution : 2022

 

 

 

Auteur : Kipling Rudyard Catégories : ,

Description

Extraits :

« Il était maintenant un Sunnyasi – un mendiant errant, sans abri, à la merci des autres pour le pain de chaque jour ; et, tant qu’il y a un morceau à partager dans l’Inde, ni prêtre ni mendiant ne souffre de la faim. », Le Miracle.

« Il suivit la route du Thibet à travers, l’Himalaya, la petite voie de dix pieds de large, taillée à coups de mine dans le roc vif, ou soutenue par des poutres en surplomb au-dessus d’abîmes de mille pieds, qui plonge par moments dans d’étroites vallées, humides et chaudes, et, à d’autres, grimpe à travers les croupes déboisées de collines herbeuses où le soleil tape comme les rayons d’une lentille ; ou bien qui circule à travers des forêts sombres dont les feuilles s’égouttent, dont les arbres, du pied au sommet, sont vêtus de fougères parasites, où le faisan, au printemps, appelle sa compagne. », Le Miracle.

« Même dans l’Inde populeuse, un homme ne peut pas rester une journée assis tranquille sans que les bêtes sauvages courent par-dessus son corps comme si c’était un roc », Le Miracle.

« À peu près un quartier sur deux possède son revenant. », Mon histoire vraie de revenant.

« Cette scène et le paysage qui l’entourait restent photographiés dans ma mémoire. Le ciel rayé de pluie, – nous étions à la fin de la saison humide, – les pins ruisselants et mornes, la route boueuse, et les sombres falaises taillées à coups de mine, faisaient un fond lugubre sur lequel se détachaient en relief la livrée noir et blanc des jhampanies, le rickshaw aux panneaux jaunes », Le Rickshaw fantôme.

Informations complémentaires

Poids 90 g